Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rythmes scolaires: 53% des Français opposés à la réforme

            

Plus de la moitié des Français, 53%, sont "opposés" la réforme des rythmes scolaires, selon un sondage BVA.

Interrogés sur la réforme des rythmes scolaires actuellement mise en oeuvre, 53% des sondés se disent y être "opposés" et 45% y être "favorables." 2% ne se prononcent pas, selon le sondage. Parmi les sympathisants de droite, 74% y sont "opposés", 26% y sont "favorables." Parmi les sympathisants de gauche, 72% y sont en revanche "favorables" et 24% "opposés". 4% ne se prononcent pas. La réforme des rythmes scolaires (4,5 jours par semaine au lieu de 4 auparavant), a été mise en place en septembre, pour la rentrée 2013-2014, dans 4.000 communes, sur près de 37.000. Elle a été faite pour alléger le temps scolaire journalier, considéré comme trop lourd quand il n'est réparti que sur quatre jours. Je ne suis pas enseignant encore moins un spécialiste des rythmes scolaires. Je ne prendrais donc pas parti sur les débats qui agitent actuellement le monde enseignant sur ce sujet. Doit-on passer à la semaine des quatre jours et demi ? Doit-on disposer de six semaines de congés estivaux ? Je ne le sais. Mais ce que je sais, c’est trois constatations générationnelles et la réponse à une question d’histoire sociale Lorsque j’étais gamin, j’allais à l’école le samedi matin et le jeudi était jour de repos. Mon père a vu ses vacances d’été commencer le 15 juillet et durer jusqu’au 30 septembre. Mon grand-père racontait qu’il partait en congé scolaire à la fin juillet jusqu'à mi octobre. Alors, à quel moment et pourquoi ces rythmes ont été bouleversés ? Tout simplement avec l’arrivée des congés payés en 1936 et des gens partant en vacances dès le 1er juillet, entrainant des écoles désertés durant la première quinzaine de juillet puis avec le déclin de la paysannerie française qui n’avait plus besoin des enfants pour les moissons de septembre. Donc, au lobby de l’agriculture avant-guerre a succédé le lobby du tourisme. Pourtant, dans mon esprit, aucun et je dis bien « aucun » de ces lobbies n’a le droit à la parole sur les rythmes scolaires. Les rythmes scolaires doivent être établis pour le bien de l’enfant et son épanouissement et non pour remplir le tiroir-caisse d’une quelconque remontée mécanique en hiver ou d’une baraque de glace sur la plage en été. Quand je lis une déclaration d’un responsable local de parents d’élèves brandir comme seul argument d’opposition un argument économique, cela m’énerve. Quand j’entends comme ce matin aux infos télévisés le président de je ne sais quel organisme lié au tourisme s’insurger contre la proposition de Vincent Peillon au prétexte du « manque à gagner » en fin d’été, cela me met vraiment en rogne. Et quand je constate dans la foulée et dans le même reportage, les mêmes arguments sortir de la bouche d’un député, même d’opposition, je crie « halte à la connerie ! ». Doit-on passer à la semaine des quatre jours et demi ? Doit-on disposer de six semaines de congés estivaux ? Je ne le sais. Mais ce que je sais par contre, c’est que jamais un lobby, surtout celui du tourisme, ne devrait dicter ses conditions pour l’éducation, le bien-être et l’épanouissement de nos enfants.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :